Développement de l'écotourisme et du tourisme solidaire au sein du domaine de 'Opunohu
7 participation(s), 7 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Environnement
Fin des travaux :
Statut :
Ouvert
Introduction :
La Polynésie dispose d'un patrimoine naturel unique au monde, à la fois très riche mais également très fragile. Le développement d'un tourisme durable est la condition sine qua non du développement du Pays, et répond par ailleurs à la nécessité de permettre à la population d'être actrice de ce développement, et première bénéficiaire des richesses qui seront générées. Pour ce faire il convient premièrement de promouvoir la destination polynésienne comme une destination naturelle préservée, deuxièmement de créer les conditions structurelles de développement du secteur (ouverture de chemin de randonné, développement des approches de gestion des ressources communes comme le rahui, le PGEM, etc.) et troisièmement de donner accès à l'ensemble de la population polynésienne aux outils de développement d'activités touristiques durables (formations, structures d'accueil mutualisées, aide à l'investissement, etc.).
Objectifs :

Les objectifs se déclinent en :

- définir le positionnement "nature" de la destination Polynésie

- réaliser un état des lieux des sites existants valorisables

- définir les besoins en terme de formation et de mise à disposition de moyens auprès des populations locales

- lancer des chantiers de valorisation de sites naturel en se reposant sur les acteurs de proximité (associations, communes, collectifs, etc.) et en activant des clauses sociales afin de ne laisser personne sur le bord de la route

7 échange(s)
Olivier Pote
lun 19/10/2020 - 12:07

Ce chantier a également pour objet d'aborder les questions d'ordre social : insertion par le tourisme et formation

Sylvie Folituu
mar 10/11/2020 - 20:10

En réponse à par olivier.pote@e…

C'était un grand projet mené par INTEGRE. 3 ans de chantiers qui ont abouti à la création d'une association dont la mission est justement de développer Opunohu en favorisant l'insertion du public des zones prioritaires. Projet soutenu par le Pays.

Mais, pour être efficace une association doit avoir suffisamment de membres actifs et la population de Papetoai, dont dépend la vallée, n'était absolument pas intéressée. Ce projet n'était pas de leur initiative.

Cependant le rapport d'INTEGRE résume les idées proposées par les uns et les autres et soumet des projets valorisants et intéressants qu'il faudrait vraiment mettre en place.

Pilotage par le Pays pour que ça avance

Olivier Pote
mar 17/11/2020 - 17:36

En réponse à par maori.tours@gm…

Merci Sylvie, c'est très juste, il faut reprendre le travail par une réelle approche collaborative, et surtout prendre son temps pour que chaque acteur s'exprime, l'erreur d'INTEGRE est d'avoir voulu faire les choses "à marche forcer" et d'avoir défini dès le début une sorte d'objectif à atteindre, sans débat, en revanche le diagnostic initial était bon.

Olivier Pote
jeu 22/10/2020 - 13:13

Deux exemples d'écotourisme et de tourisme solidaire, ainsi que le rapport de diagnostic de la vallée de 'Opunohu réalisé par l'anthropologue Frédéric Torrente dans le cadre du programme INTEGRE.

Exemple tourisme solidaire_0.pdf
Exemple éco tourisme_0.pdf
Rapport Opunohu Frederic TORRENTE.pdf
Olivier Pote
jeu 22/10/2020 - 18:09

Un article du Docteur Eric Clua, expert requin du Criobe, sur l'écotourisme et la valorisation des services écosytèmiques.

2014_Clua and PAscal PSE et écotourisme requins dans le Pacifique.pdf
Patrick Fincker
sam 24/10/2020 - 08:44

Bonjour,

 

La beauté des lagons et la majesté des montagnes sont les premières images que l'on garde de notre Pays. Beaucoup de nos visiteurs y viennent d'abord pour cela, baignade, soleil et paysage. Pourtant, la découverte de l'intérieur réserve aussi des souvenirs merveilleux. Il faut cependant les mériter. A de rares exceptions, les chemins de randonnée ne sont pas balisés. Certains nécessitent des autorisations ou même le paiement d'une taxe. Leur entretien est parfois un peu irrégulier. Leur entrée est rarement signalée.

Bien sûr, ces difficultés contribuent à protéger un environnement fragile, qui ne se dévoile qu'aux plus opiniâtres, peut-être devrait-je dire aux plus aventureux. C'est bien dommage. C'est un atout mal joué.

D'autres pays s'y sont essayé avec succès. Pour prendre un exemple similaire, l'ile de la Réunion attire du tourisme vert en offrant des paysages aussi très beaux, accessibles par des chemins balisés, entretenus. Elle propose plus de 40 de ces chemins, disposant souvent de parkings et de tableaux explicatifs, animés, si le visiteur le souhaite, par plus de 45 guides de randonnée professionnels, et accessibles à tout moment. Une expérience à partager?

En matière de protection de l'environnement, prenons exemple sur la Suisse, qui interdit la collecte de plantes fragiles, qui parfois exige de rester sur le chemin, qui insiste sur le fait de ne rien jeter. Les balades là-bas sont un vrai plaisir. 

La plupart des visiteurs ne se prennent, ni pour Livingston, ni pour Darwin. Ils ne souhaitent que le plaisir des sens au cours d'une marche qui corresponde à leur capacités. Ne pourrions-nous pas les attirer un peu plus ?

Nadia Roustan
mar 01/12/2020 - 17:56

La formation passera par une remise à niveau des valeurs simples au quotidien. Des campagnes publicitaires pour recadrer les comportements détestables au profit des bonnes pratiques.

Se réapproprier l’espace autour de soi et le rendre beau! Concours agricoles, Floralies, comme du temps d’Harrison SMITH 

De la maternelle aux randonnées l’éducation par l’action... nettoyer, planter etc... des gestes simples au quotidien.