Développer l’accès aux sentiers de randonnée sur des domaines privés.
3 participation(s), 2 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Activités terrestres de pleine nature
Fin des travaux :
Statut :
Ouvert
Introduction :
L’engouement pour la pratique d’activités terrestres de pleine nature et la découverte des richesses qu’offre l’intérieur des îles se fait de plus en plus ressentir.
Aussi, de nombreux acteurs tels que les communes, services du pays, entreprises, associations et certains propriétaires terriens mettent en valeur ce patrimoine naturel.
Le Service du tourisme a, quant à lui, récemment aménagé des sentiers de randonnée pédestre dans les différents archipels de la Polynésie :
- Tahiti : le sentier de la rivière de Vaipahi,
- Raiatea : la promenade des gabbros et le sentier de la crête des Macaranga,
- Nuku-Hiva : la promenade de Tehaatiki, le sentier du plateau de Toovii et le sentier de la crête Sud de Teivipakeka,
- Moorea : le sentier des 3 cocotiers,
- Rurutu : les sentiers menant aux Monts Taurama, Manureva et Te’ape.
Ces projets ont été financés par le contrat de Projet État - Polynésie française 2015-2020.
Cependant, la majeure partie des vallées en Polynésie française reste la propriété du privé et s’avèrent très souvent difficile d’accès pour diverses raisons : défaut d’autorisation d’accès, manque d’infrastructures, manque d’entretien des sentiers….
Or, ces endroits bien préservés représentent une richesse pour la Polynésie qu’il est important de développer bien évidemment dans le respect de l’environnement. L’ouverture et le maintien de ces sentiers permettront ainsi d’accroître l’offre d’activités proposées que ce soit en termes de randonnée pédestre, vélo, safari 4x4, quad…
Objectifs :

- Cartographier les sentiers de randonnée potentiels ;

- Recenser les propriétaires terriens favorables au développement et à la promotion de leurs domaines ;

- Identifier les besoins de chaque sentier en matière d’aménagement et de gestion, et estimer un budget ;

- Sélectionner les sentiers qui pourraient être valorisés ;

- Mettre en place un partenariat Pays-propriétaires par le biais d’une convention de passage qui précise les responsabilités de chacun en termes d’entretien et en cas de dommages ;

- Informer les usagers (résidents et touristes) sur les sentiers praticables (plans, difficultés, points d’intérêt) par la mise en place d’un site internet ou d’une application dédiée.

2 échange(s)
Alain Druet
ven 04/12/2020 - 16:40

Ce chantier rejoint fortement celui qui se nomme : Plateforme de recensement et cartographie des run & trail en Polynésie 

Je rebondirai cependant sur votre suggestion: "Mettre en place un partenariat Pays-propriétaires par le biais d’une convention de passage qui précise les responsabilités de chacun en termes d’entretien et en cas de dommages" . C'est là que le bât blesse, car dans notre société a changée et  sur le plan "responsabilités des dommages" la tendance est a s'américaniser. Il faut un responsable! Il faut un coupable de négligence!   Et si la clientèle procédurière est sans aucun doute la clientèle Américaine qui ne donne aucune place à la mal chance et au hasard, les autres nationalités suivent depuis peu d'années le même pas. Un enfant mordu par une murène:  l'hôtel se trouve attaqué; une cheville foulée sur une pierre et le guide randonnée est mis en cause ...les exemples sont nombreux . 

Donc ce point de responsabilité n'est pas a prendre à la légère et peut être un frein à l'ouverture de partenariat entre propriétaire et prestation. C'est vraiment a étudier attentivement et a bien verrouiller avant tout accord. Enfin c'est mon conseil. 

Stéphane Renard
jeu 10/12/2020 - 07:25

Ia ora na, bonjour à vous,

Est-ce qu'il existe des exemples ailleurs du type de conventions publique/privé dont on pourrait s'inspirer ? Est-ce que ce serait des conventions avec les communes ou plutôt avec le Pays ? Et du coup, quel service en serait le garant ? Le SDT ?

Faaitoito