Face à la nécessité de diversifier nos marchés émetteurs, Tahiti Et Ses Îles sont-elles prêtes à s’ouvrir davantage sur l’Asie et renforcer le développement du marché chinois?
8 participation(s), 9 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Marchés
Fin des travaux :
Statut :
Fermé
Introduction :
En 2019, les marchés sur lesquels Tahiti Tourisme investissait représentaient 91% des arrivées touristiques (source ISPF). L’Amérique du nord, la France et l’Europe concentrent le plus important flux de visiteurs internationaux vers Tahiti Et Ses Îles. Cette concentration des flux pourrait s’avérer risquée à long terme pour la destination, notamment en cas de nouveau confinement ou de restrictions aux voyageurs des principaux marchés comme les USA et la France.

La diversification de nos marchés à l’international nous amène à prospecter des nouveaux marchés, notamment vers l’Asie et la Chine en particulier.
La population est-elle disposée à accueillir la clientèle chinoise ? Les hôteliers et les prestataires touristiques locaux sont-ils « China Ready » pour recevoir la clientèle chinoise ? Plusieurs tentatives ont été amorcées depuis 8-10 ans, quels ont été les freins à un véritable développement ? Quels autres marchés asiatiques et via quelles routes aériennes ?
Objectifs :
  • Nous ouvrir à de nouveaux marchés de manière à pouvoir assurer une croissance dans les arrivées touristiques
  • Attirer de nouvelles cibles de clientèle
  • Favoriser la création de nouvelles offres et de nouveaux services
  • Développer la région Asie de manière à optimiser le taux de remplissage lors de la basse de la destination
9 échange(s)
Stéphane Renard
mer 25/11/2020 - 08:30

Ia ora na, bonjour, question de néophyte sur ce sujet, j'imagine que tant sur la Chine qui doit compter des régions ou des villes avec un potentiel qui pourrait nous intéresser, que sur l'Asie en général avec des Pays bien plus intéressants pour nous que d'autres, est-ce que l'on a de la documentation ou une idée précise des marchés prioritaires sur lesquels concentrer les actions dans les 5 prochaines années ?

Par ailleurs, outre l'accueil de la population, souligné dans l'introduction, est-ce que nos hébergements et nos produits sont adaptés ? Que faudrait-il faire pour mieux les adapter à ces cibles ? Hawaii, Fidji et Maldives sont bien mieux positionnés que nous sur ces marchés, quelles ont été les clefs de leurs réussites par rapport à nous ces dernières années, est-ce que l'on en a une idée ? :-) 

Frédéric Tambon
mar 01/12/2020 - 10:28

Ia ora Na Bonjour Stéphane

Je peux parler de la Corée du Sud qui est un marché intéressant. Une des clefs de la réussite des destinations que vous mentionnez est le positionnement prix et leur capacité à proposer des offres packagées- all inclusive. La question de l'aérien joue aussi

Gina Bunton
mar 08/12/2020 - 17:16

Ia ora na Stéphane,

Nous n’avons pas d’études, cependant nous avons bien les informations sur les villes / pays d’origine de nos visiteurs asiatiques / chinois. C’est comme cela que Tahiti Tourisme a choisi d’investir sur les 3 principaux marchés émetteurs asiatiques (japon, Chine et Corée) d’une part, et d’autre part identifie les villes prioritaires et secondaires où mener des actions et cibler les consommateurs dans chaque pays.

Concernant les l'adaptation de nos produits et de nos hébergements au marché chinois, certains partenaires locaux ont commencé à s’adapter à la clientèle chinoise, notamment en période de jour de l’an chinois pendant laquelle nous recevons la majorité de nos visiteurs chinois (acceptation de la carte Union Pay, staff qui parle le chinois, adaptation des menus / plats proposés…). Il reste encore beaucoup d’efforts à faire afin de s’adapter à cette clientèle chinoise car il faut effectivement prendre en compte les différences culturelles et leurs attentes spécifiques, notamment en termes de langue et de nourriture pour ne citer que cela.

En ce qui concerne nos concurrents : on notera qu’en ce qui concerne la Chine, les 3 destinations citées en exemple ont investi des budgets de promotions importants sur la destination (soit via l’Office du tourisme, soit via les hôteliers) et par ailleurs, toutes sont bien plus facilement accessibles, avec une offre de vols directs réguliers (vs vols charter jour de l'an chinois pour Tahiti Et Ses Îles qui deviennent de plus en plus difficile à confirmer) depuis la Chine ou Hong Kong, facilitant ainsi le voyage des visiteurs chinois. Ainsi, il y a de meilleures offres (prix) et plus de packages disponibles.

Stéphane Renard
mer 09/12/2020 - 18:23

En réponse à par gbunton@tahiti…

Mici M'dame. Du coup pour la suite, quels seraient les effets de levier accessibles, d'après toi ?

Julia Xu
mar 08/12/2020 - 23:05

Bonjour tout le monde,

Juste pour partager ma réflexion, commentaires/discussions sont bienvenus.

En comparaison avec d'autres îles touristiques, Tahiti est cher. Par contre, Tahiti n'attendrait pas la masse touriste chinois. Ainsi, être cher, pour garder son image Ile Ultime par rapport à d'autres îles, pour se différencier des autres, cela pourrait être une bonne stratégie. 

Par contre, Tahiti est aussi difficilement accessible par rapport aux autres îles. Ainsi, on a parlé depuis des années de la ligne directe.

J'ai vu qu'il y avait une ligne directe entre Seychelles et Pékin, mais 1 an après l'ouverture, cette ligne était interrompue. Si Seychelles a pu faire un test sur la ligne directe, pourquoi pas Tahiti? C'est parce qu'il manquait une force pilote à Tahiti pour pousser ce test? Ou bien c'est la partie chinoise qui attend d'autres propositions qu'une simple ligne directe, par exemple, Chine-Tahiti-Amérique du Sud?

Si 1 vol par semaine, je dirais 300 voyageurs chinois par semaine, cela ferait 15 000 Chinois par an, déjà triplé. Mais sans ligne directe, avec la complexité visa/ long voyage/ prix élevé, c'est vraiment difficile de faire venir beaucoup de Chinois. Alors que s'il n'y a que 5000 Chinois par an, les hôtels/ prestataires touristiques resteront eux-aussi moins motivés pour s'adapter à la clientèle chinoise. Alors, on attend l'ouverture de la ligne directe pour pousser l'adaptation de la population tahitienne, ou bien on attend l'adaptation de la population tahitienne pour ouvrir la ligne directe? 

 

Stéphane Renard
mer 09/12/2020 - 18:25

En réponse à par jxu@robertwan.com

Encore une fois, je suis loin d'être un spécialiste sur la question, mais il semble qu'aucun opérateur aérien n'ait finalement sérieusement envisagé d'assurer une ligne directe commerciale. Il doit donc y avoir des impératifs économiques qui freine l'initiative en ce sens. Plusieurs l'ont fait à l'occasion de vols charter, mais c'est terriblement ponctuel… 

Rogella Doom
jeu 17/12/2020 - 11:40

En réponse à par srenard@archip…

'Ia ora na Stéphane

Nous avons sollicité la participation de Tearaina de l'ADT en espérant qu'elle puisse nous renseigner sur leur historique avec les compagnies aériennes asiatiques qui auraient souhaité desservir la destination. Depuis que je suis chez TT nous avons eu de manière ponctuelle la société HAINAN qui est venue en one shot au mois d'octobre 2017 et nous avons eu des discussions avec la société South Pacific Airlines basée à Hong Kong courant 2018. Ces derniers avaient établi un plan d'action incluant également des slots au niveau de l'aéroport de Tahiti Faa'a. Suite à plusieurs relances de notre représentant chinois aux dernières il y a eu du changement dans les actionnaires (février 2019).

Mauruuru

Alain Druet
jeu 17/12/2020 - 18:23

Comme pour nos premiers touristes Japonais , le peu de Chinois qui vienne chez nous sont plutôt de la tranche "Aisée". Un peu "Bling Bling" ils sont attirés par les hôtels de marque internationale. Cependant Il ne faut pas faire l'erreur faite pour le marché Japonais et  augmenter les prix des prestations simplement parce qu'ils sont chinois.

Le gros souci rencontré reste la langue, et la notion de service dans lequel j'inclus la difficulté de rapport avec le personnel qu'il a tendance a considéré comme un serviteur. Ils y a une vraie démarche éducative a faire en amont.

 On associe souvent tourisme chinois avec luxe,  jeux d'argent et soirées frivoles cela dit, ils sont si nombreux que tous ne demandent pas ces critères e la mise en avant de nos spécificités culturelles est certainement suffisante pour en attirer suffisamment. S'il est vrai que la mer et la plage ne sont pas dans la culture chinoise des priorités de villégiature, la jeune génération s'européanise sur le sujet.

Reste la simplification des visas et la mise en place de ligne régulière pour des volumes raisonnés. 

     

Yann Rival
sam 09/01/2021 - 23:12

Bonjour à tous, 

Je me permets d'intervenir sur ce sujet qui me semble crucial pour la prochaine stratégie.

Crucial car comme souligné, il convient de diversifier le portefeuille de pays émetteurs de touristes pour la PF.

Par ailleurs, la PF est l'une des rares destinations touristiques au monde à accueillir très peu de touristes asiatiques...ce n'est pas le problème des visas (exemption pour les groupes chinois en PF, les chinois sont des millions à visiter les E.U après avoir sollicité un visa).

Pourtant le profil des touristes asiatiques matche bien avec la destination: tourisme culturel, pas de pollution, perle noire, mandarin de plus en plus parlé localement, type de clientèle qui dépense beaucoup sur place, qui voyage plutôt lors de la basse saison etc....

Par ailleurs, l'Asie est la zone la moins impactée économiquement par la pandémie et lorsque les frontières se réouvriront, il y a un vrai potentiel à exploiter.

Il me semble essentiel pour l'avenir du tourisme en PF d'actionner certains leviers qui permettraient de faire décoler ce marché: 

- mise en place de vols directs PPT/coeur de l'ASIE (Hong-Kong ou Singapour ou Shanghai ) à travers ATN qui ne l'oublions pas est à la base un outil au service du développement touristique de la PF

- coordination avec les hôteliers afin que les allotements se fassent en adéquations avec les attentes du marché asiatique et notamment chinois (avec un faible taux de remplissage actuel, c'est le bon moment)

- mise en oeuvre d'un plan ambitieux de communication/marketing de la destination en Asie/Chine notamment à travers les réseaux sociaux (We chat)

Les échecs du passé, la mauvaise perception de la clientèle chinoise (associée à tord le plus souvent à du tourisme de masse) ne doivent pas constituer un frein au développement de cette clientèle qui pourra aider grandement au redressement de la fréquentation touristique en PF.