Les personnels navigants du charter nautique et leur statut
3 participation(s), 1 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Hébergements nautiques
Fin des travaux :
Statut :
Ouvert
Introduction :
Le statut des personnels navigants du charter nautique est une problématique. La réglementation, leur protection sociale, leur formation, leur représentation sont des dossiers importants pour l'avenir du secteur et de cette population.
Objectifs :

S'organiser, proposer des solutions

1 échange(s)
Bruce Andrieux
mar 08/12/2020 - 10:32

A ce jour, le statut des personnels navigants du charter nautique en Polynésie ne semble pas satisfaisant ; ni pour les personnels en question, ni pour les compagnies de charter, ni pour la communauté. Au sein de cette nouvelle stratégie 2021-2025, ce chantier collaboratif est peut-être une véritable opportunité d’améliorer la situation et la rendre vertueuse pour tous.

Usage actuel :

Actuellement, l’usage fait que les personnels sont, à quelques exceptions près, tous patentés et facturent les compagnies de charter pour leurs prestations de skipper, marin, hôtesse.

Aux yeux de la réglementation, ce fonctionnement peut prêter à confusion.

Réglementairement, la location d’un navire de plaisance doit être faite coque nue, charge au locataire de recruter un équipage s’il le désire. Dans ce cas, cet équipage peut au choix :

  • Être à son propre compte (comme un patenté) et facturer le locataire
  • Faire partie d’une organisation d’accompagnement (un peu comme une agence de placement ou d’intérim). Non existant à ce jour à Tahiti.

Protection sociale :

En tant que patenté, les équipages doivent cotiser à la CPS pour leur assurance maladie, mais ne sont pas automatiquement protégés pour les accidents du travail. Or, des accidents, même bénins peuvent survenir dans ce métier. L’assurance complémentaire accident du travail proposé par la CPS peut être souscrite, mais ne devrait-elle pas être obligatoirement incluse dans ce secteur d’activité ?

La formation et la validation des brevets :

A ce jour, le CMMPF est le seul organisme de formation maritime de Polynésie Française. Malheureusement, cet organisme ne propose pas de formation spécifique pour les professionnels du charter nautique.

Un des points à souligner est que le module voile du brevet de capitaine 200 ne soit pas proposé à Tahiti, or l’intégralité des bateaux de charter nautique sont des voiliers (sauf un power-catamaran il me semble). Ce module voile a été proposé une seule fois dans l’histoire du charter en Polynésie.

Il en ressort que la plupart des capitaines formés à Tahiti n’a normalement pas la possibilité légale de skipper un voilier. Est-ce que la validation des acquis de l’expérience pourrait permettre de régler partiellement cette difficulté ?

D’autre part, le statut de patenté à la plaisance semble poser régulièrement problème pour la validation des brevets des personnels. Par conséquent, une partie des capitaines n’est pas validée.

Concernant les marins et hôtesses, des formations sont parfois organisées par la CCI, mais malgré cela, il manque du personnel qualifié dans ce secteur.

Concernant les personnels navigants, particulièrement les capitaines, les compagnies de charter sont souvent obligées de faire appel à des skippers d’autres territoires. C’est vraiment dommage car, on le sait bien, les touristes recherchent toujours l’aventure Polynésienne quelle que soit leur mode de séjour au Fenua.

Représentation :

Les professionnels du charter nautique de Polynésie Française ne sont actuellement pas représentés.