Promouvoir Tahiti Et Ses Îles comme une destination de tournage
7 participation(s), 8 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Marketing
Fin des travaux :
Statut :
Ouvert
Introduction :
Tahiti Et Ses Îles est peu souvent choisi comme lieu de tournage pour des productions audiovisuelles étrangères ou nationales. Ces tournages sont pourtant une source de revenus économiques et participent également à la notoriété de la destination. D’autres destinations semblent beaucoup plus proactives et misent sur cette niche.
Quels seraient les leviers qui nous permettraient de développer cette niche ?
Objectifs :

Définir les leviers de développement de cette niche

Définir le potentiel de cette niche

8 échange(s)
Sylvia Lacombe
mar 01/12/2020 - 11:09

Encore une idée innovante pour le fenua qui pourrait certainement être "mieux vendu" aux réalisateurs & publicitaires. Il y a eu cependant déjà des efforts dans le domaines avec "couples retreat", de nombreux clips musicaux vus sur youtube, "Tahiti Quest", PK0, la "carte au trésor" & récemment "koh lanta" ou "échappées belles", par exemple.  

On ne manque pas d'atouts : ensoleillement annuel, luminosité, palettes de couleurs (bleu côté lagon, vert côté montagne), variété des paysages suivant les archipels, personnes souriantes, croisements de cultures, espace sous marin immense, iles dessertes, forets tropicales denses, plateaux désertiques, absence de paparazzi, sentiment de sécurité... 

Je pense que les freins sont liés principalement :

- aux frais générés par les voyages des équipes et équipements de tournage 

- aux problèmes logistiques (difficulté de liaison entre certaines iles, manque de logements dans certains cas, etc)  

- à la difficulté de s'approvisionner parfois en raison de l'absence d'un produit sur le territoire ou encore des délais de shipping 

- à la méconnaissance de notre diversité de paysage à l'international 

Et vous, qu'en pensez-vous? 

 

Frédéric Chin foo
ven 04/12/2020 - 09:47

Bonjour Sylvia, je trouve très intéressant les points que tu as soulevé. Aujourd'hui nous avons de plus en plus de productions audiovisuelles qui viennent tourner en Polynésie française (documentaire, publicité, fiction, télé-réalité, etc). L'avantage de notre destination par rapport aux autres, c'est que nous possédons une diversité de décors sur terre comme sur ou sous-l'eau. Nous avons des histoires, des paysages qui intéressent les productions qui cherchent de la nouveauté. 

Côté équipement et techniciens, nous avons aujourd'hui les moyens d'accueillir des petites et moyennes productions quasiment toute l'année et cela nous avons pu le constater sur ces 3 dernières années avec le nombre de productions à la hausse. Exception pour l'année 2020 avec l'arrivée du COVID-19 où plusieurs projets ont été mis en standby.

Pour la logistique, il faut savoir qu'une production étrangère, surtout si c'est leur première fois en PF, s'appuiera sur les compétences d'une société locale spécialisée dans le repérage et l'accueil de production qui les aident à préparer le terrain pour qu'à leur arrivée tout se déroule bien. Ils trouveront toujours une solution pour tout ce qui est logistique, décors, acheminement de matériel, etc.

Aujourd'hui avec la fermeture des frontières, le bouche à oreille entre productions étrangères qui sont venus tournés en Polynésie française ont créé un engouement pour notre destination aux multiples décors. Beaucoup d'opportunité se présentent à nous mais le réel frein est l'absence de crédit d'impôt en Polynésie française qui viendraient soulager le budget de ces équipes de production et l'absence d'un Film Office qui a pou rôle de renseigner les productions étrangères qui souhaitent tourner dans leur destination. A savoir que toutes les destinations de tournage offrent ce type d'incentive et structure.

Ces informations ont été récoltés après multiples rencontres et discussions avec les sociétés de productions locales.

N'hésitez pas à partager vos idées, d'accord pas d'accord, etc. Est-ce une bonne chose pour la destination, pour notre économie ?

Bertrand Baudouin
sam 05/12/2020 - 09:44

Ia ora na,

sujet intéressant, j'ai pour ma part 2 contacts dans les sociétés de production locales et il semble qu'elles travaillent déjà très bien avec les équipes étrangères enchainant les tournages.

par contre il s'agirai pour la plupart de petites productions, généralement nationale d'où peut être le manque de visibilité/rétombée au niveau touristique.

il faudrait peut être envisager un contact entre les instances (GIE, ministère du tourisme) et de gros producteurs (Netflix, Disney -comme cela à été fait pour Vaiana- Universal...) pour les inciter à venir.

Merci

Frédéric Chin foo
mer 16/12/2020 - 10:25

En réponse à par tahitiprivates…

Tahiti Tourisme fait venir tout au long de l'année un peu moins d'une vingtaine de sociétés de production étrangères. Il s'agit pour la majorité de documentaire, téléréalité, émission de divertissement, etc. Il arrive bien entendu que ces sociétés viennent par leur propre moyen ou par le biais de sociétés de production locale. L'objectif étant ici de renforcer la visibilité de la destination par ce canaux de médiatisation sur des marchés émetteurs bien identifiés.

Pour ce qui est d'attirer plus de productions étrangères petites ou moyennes voire des grosses sociétés de productions cinématographique des discussions sont en cours avec l'association des producteurs polynésiens et les différentes instances du pays.

 

Encore merci Bertrand pour ton message et ton intérêt sur le sujet. N'hésites pas à commenter si tu as d'autres remarques ou recommandations à apporter. Cette plateforme est fait pour. Merci

Marie eve tefaatau Tefaatau
sam 05/12/2020 - 18:08

Quel est notre priorité ?

VISIBILITE annuelle ou EMPLOIS à long terme ?

Lorsque l'on fait de la production audiovisuelle et cinématographique en PF, c'est une erreur de penser en priorité aux retombées touristiques dans un premier temps - Monter un projet c'est long et très souvent périlleux et...plus c'est grand, plus c'est politique !

Les productions locales sont sous perfusions permanentes mais indispensables au même titre que les internationales.

La 1ère étape : Nous structurer !

Tout dépend de quel côté la Polynésie veux se situer :

1- Si les tournages internationaux apportent au Pays du prestige, quelques emplois patentés et quelques retombées touristiques (en fonction du projet),  ils coûtent très cher à La Polynésie car ces grosses Prod ne se contentent pas de petites sommes pour venir dans un Pays.

Est-ce que nous voulons continuer de payer des sommes faramineuses ou faire des échanges en industrie pour des montants à rougir et ce, pour un retour image, souvent bien en dessous de l'implication financière du Pays ? 

ou

2- Voulons nous structurer et créer une vraie niche économique locale, avec nos ressources Polynésiennes ? Pour info, on recense prés de 10.000 corps de métiers liés au cinéma et l'audiovisuel et il y en à pour tous les goûts ...Une bonne structuration, nous permettra d'avoir une force décisionnaire sur des budgets à l'international et pouvoir décider de l'image du Pays et du nombre d'emplois sur les sets internationaux.

Dans la niche économique audiovisuelle, il existe plusieurs leviers de développement importants :

- Productions locales qui permettent de former plusieurs personnes sur des emplois "niches" mais nombreux et qui emploient à l'année une bonne 100 aines de techniciens, comédiens et des auteurs sur des durées annuelles. Ils sont formés sur "des projets à la carte" et dépendent souvent des diffuseurs locaux. 

- Productions internationales qui permettent de se perfectionner et se professionnaliser à un rythme moindre : Compter 2 grosses prod/an (+ de 100 personnes mini).

Vu les difficultés fiscales inexistantes, les taxes douanières exorbitantes, des décors restreints, les hébergements compliquées sur des zones potentielles, les autorisations diverses etc...ces grosses productions négocient des échanges non équivalents à l'implication du Pays.

- Les Productions petits budgets internationales qui viennent ici souvent grâce à la participation de AIR TAHITI NUI et du GIE Tahiti Tourisme, l'échange étant la visibilité...

- Un autre levier indispensable : Les auteurs Polynésiens ! 

Ce ne sont pas les grosses productions qui sont les plus intéressantes. En général, ces productions ont des moyens qui leur permettent d'employer leur équipe internationale sur les postes clés d'un tournage...

Je reviens à ma question du début : VISIBILITE annuelle ou EMPLOIS à long terme ?

Marie Eve TEFAATAU

Gérante PACIFIC TV PRODUCTIONS - 3AP - CINEMARINE

https://www.facebook.com/marieeve.tefaatau/

 

Frédéric Chin foo
mer 16/12/2020 - 10:33

En réponse à par marieeve.tefaa…

Merci Marie Eve d'avoir pris le temps de partager tes idées qui sont très intéressantes. Tu as une vision bien réfléchie sur le sujet qui se base sur le développement et la structuration du potentiel polynésien. Merci pour ce partage d'idée !

Laurent Brissonnaud
lun 07/12/2020 - 10:35

Ce chantier concerne les intéractions et les liens à construire entre le tourisme et la Production AV. Malheureusement, nous ne pourrons pas régler les problèmes structurels de la filière AV dans ce chantier.

La filière a besoin de consolider des relations très étroites avec le tourisme. D'abord parce qu'elle a besoin de moyens financiers pour assurer sa communication et aussi parce que la production AV est mécaniquement liée à l'image du pays, en étant support TV, Cinéma et web. Les téléfilms "Meurtres à Tahiti' de France3 et "Coup de foudre à Bora" de TF1 ont généré en cumul plus de 10 millions de téléspectateurs en France. Les aides du Pays ont été de 20MF par téléfilm. Voilà une équation média intéressante à comparer avec le coût d'une campagne de communication. C'est ce qui montre en tous les cas les liens très étroits entre les objectifs de Tahiti Tourisme (en visibilité) et ceux de la filière qui est une ressource marketing pour conduire l'image de la destination. Et c'est uniquement sur ce point que les deux secteurs se rejoignent.

Pour se battre face aux autres destinations concurrentes et ramener des productions en Polynésie, ce sont les producteurs eux-mêmes ou bien les représentations (APTAC, SPAPF, ATPA) qui financent les voyages pour aller se présenter sur quelques salons professionnels. Et on ne cherche pas en priorité des super-productions, mais plus des projets de co-productions, de co-écritures afin de générer un maximum de retombées pour le pays et les sociétés de production locales, et pas seulement touristiques.

C'est certainement le principal levier à mettre en oeuvre aujourd'hui avec le Tourisme. Obtenir un budget annuel pour cette niche de marché qui permettrait d'assurer la présence de la Polynésie sur des salons clés. Un budget de promotion de la destination tournage qui serait pris sur le budget de TT. Ce budget pourrait être géré par une cellule intermédiaire, comme le Bureau d'accueil des Tournages...qui profiterait de l'occasion pour se constituer.

 

Frédéric Chin foo
mer 16/12/2020 - 10:46

En réponse à par lbrissonnaud68…

Merci Laurent pour cette analyse et ces recommandations très intéressantes.