Paquebots de Croisière: infrastructures, accueil et répartition des flux touristiques
6 participation(s), 4 échange(s)
Début des travaux :
Thème :
Croisière
Fin des travaux :
Statut :
Ouvert
Introduction :
On l'a vu encore en 2019 avant l'arrivée de la crise sanitaire, le secteur de la croisière représente environ 20% des visiteurs pour la Polynésie. Un secteur phare qui pour autant reste encore assez mal encadré. On ne peut pas uniquement se reposer sur les actions du TAHITI CRUISE CLUB qui fait déjà un travail de taille en terme de promotion de la destination mais aussi en regroupement d'informations utiles à tous (calendrier des paquebots par exemple).
Il y a quelques points clefs à étudier ensembles, nous acteurs en première ligne pour ce type de tourisme "one shot":
- générer une meilleure communication entre autorités portuaires, agent maritimes, agent local, excursionnistes & compagnies de croisières pour éviter ou du moins limiter le déséquilibre immense entre les iles.
- réfléchir à une meilleure organisation & répartition des escales 
- créer un véritable calendrier des escales = stop à la congestion des port/baies !
- définir un plan d'action pour "redorer" l'image des croisières et du croisiériste auprès de la population, des élus et des prestataires
- créer des formations pour l'accueil de ce tourisme spécifique
- créer des lieux touristiques accessibles (navette vers les plages, chemin de randonnées, création de "points de vue remarquables" sur les routes, signalétique plus présente en ville)
Réfléchissons ensemble, avant le retour des paquebots, afin de leur proposer une nette amélioration de ce que nous faisions jusqu'à lors.
Objectifs :

*Mieux encadrer pour mieux développer le secteur au niveau local et international 

*Gérer les flux de passagers et les guider vers les points forts de chaque iles/ville

*Créer une véritable cellule dédié à la croisière à Tahiti Tourisme ou au Port Autonome...et pourquoi pas, aboutir le(s) projet(s) de terminal de croisière.

4 échange(s)
Nadia Roustan
mar 01/12/2020 - 18:20
  • Formation des acteurs existants et de demain ✅
  • des offres formations cohérentes pour élever en compétence SVP!
  • une meilleure synchro entre les différents organismes validants 
  • Une meilleure communication entre autorités portuaires, agent maritimes, agent local, excursionnistes & compagnies de croisières ✅
  • pour faciliter l’organisation de tous les acteurs concernés 
  • Lieux touristiques accessibles pour tous (handicapés ?) 
  • et surtout des sanitaires en nombre et dignes de ce nom! 🆘 ❓
  • Signalétique pour gérer  les flux de passagers et les guider vers les points forts de chaque iles/villes ✅

  • Créer une véritable cellule dédiée à la croisière à Tahiti Tourisme ou au Port Autonome ✅

  • et pourquoi pas, aboutir le(s) projet(s) de terminal de croisière. projet en cours ... pour quand

Gina Bunton
jeu 10/12/2020 - 07:51

Bonjour,

Concernant l'objectif proposé ci-après: "créer une véritable cellule dédié à la croisière à Tahiti Tourisme ou au Port Autonome...et pourquoi pas, aboutir le(s) projet(s) de terminal de croisière."

Le service marketing et la direction des Opérations Locales de Tahiti Tourisme sont déjà mobilisés sur la promotion de ce type d’hébergement, notamment au travers de campagnes lancées en coopération avec les compagnies tête de ligne afin de promouvoir ce secteur ou encore la participation à des salons / événements dédiés. Par ailleurs, l’accueil des paquebots à chaque escale est coordonné par Tahiti Tourisme en partenariat avec les comités du tourisme des îles concernées. Tout ce qui porte à l’infrastructure (terminal croisière par exemple) ne relève pas de Tahiti Tourisme, dont les missions portent sur l’accueil et la promotion uniquement dans ce domaine.

Merci

Raimana T
jeu 10/12/2020 - 19:50

En réponse à par gbunton@tahiti…

Bonjour Gina, 

Quelle est la stratégie de Tahiti tourisme vis à vis du marché de la croisière ? quel avenir ?

Mauruuru

Gina Bunton
mar 22/12/2020 - 07:55

En réponse à par raimana.tauru@…

En 2018, le secteur de la croisière a représenté près de 25% de l’ensemble des retombées économiques du tourisme en Polynésie et 40% de ces retombées ont été dépensées à terre lors des escales (hébergement, restauration, excursions, transports terrestres, approvisionnements dans les commerces, bijouteries et artisanat). Selon les chiffres communiqués par l’ISPF, ces recettes ont doublé entre 2010 et 2018, passant de 7 milliards Fcfp à plus de 15 milliards Fcfp.

Tahiti Tourisme déploie des efforts afin de vendre et promouvoir Tahiti Et Ses Îles en tant que destination croisière afin :

D’assurer la présence de Tahiti Et Ses Îles sur les différents salons professionnels internationaux comme le Seatrade Miami

D’animer le réseau de distribution et former les acteurs clés du secteur au travers de sessions de formation ou de rdv personnalisés

De recherche de nouvelles opportunités marketing notamment avec les professionnels de la croisière en vue de positionner des navires tête de lignes et promouvoir les différentes offres (campagnes d'images, ou encore des actions de relations publiques. Des opérations importantes de coopération marketing sont en outre prévues avec le Ponant-Paul Gauguin, l’Aranui et le Wind Spirit. Par ailleurs des séminaires et formation du réseau de distribution sont également inscrits au plan d’actions).

Avant le COVID-19, les perspectives étaient positives pour les années à venir pour Tahiti Et Ses Îles avec notamment le retour en 2020 du Pacific Princess (Princess Cruise) dans les eaux polynésiennes avec une capacité de près de 700 pax ou encore le projet du Aranui 6 venant agrandir le nombre de rotations et de croisières basées en Polynésie française à partir de 2021. A noter également qu’avec l’augmentation du nombre de sièges disponibles (+10% en 2018), liée à l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes internationales, et en attendant le développement du réceptif, miser sur la croisière était un véritable axe stratégique pour augmenter l’offre d’hébergement de nos îles en privilégiant notamment les navires en tête de ligne.

Parallèlement, un courant d’opinion et certaines îles ont exprimées une volonté de limiter l’accès aux navires supérieurs à 1000 passager dans leur commune, une réflexion qui pourrait faire débat dans cette consultation.